Just to prevent the OPHRYS NEWS page to become to long to scroll down, further entries will be introduced on this new page.

Pour éviter que la page OPHRYS NEWS ne devienne trop longue à dérouler, les nouveaux articles figureront sur cette nouvelle page.

O. ortuabis
O. janrenzii
O. negadensis
O. cornuta var. minuscula
O. illyrica
O. fuciflora subsp. lorenae
O. kvarneri synonym of
O. zinsmeisteri
O. brutia
O. incubacea subsp. castri-caesaris


14. O. ortuabis M.P.Grasso & L.Manca 2002 (added November 23, 2003)

The authors found in the Sarcidano (central Sardinia) a Pseudophrys with tiny little flowers sympatric with O. funerea. They devoted to it two different papers in L'Orchidophile (1998 and 2002), giving it the name O. ortuabis M.P.Grasso & L.Manca, in reference to a small village of the Sarcidano.
It is possble to discriminate both species by the following features :
1) Their flowers are not of the same size, with a lip length of 9-12 mm for O. funerea and of 7-8 (10) mm for O. ortuabis.
2) The lip of O. ortuabis is not geniculated at its base, as is the case, according to the authors, with O. funerea. (Anyway I'd like to mention that this feature is not indicated in Pierre Delforge's Guide des Orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient 2002 ed.).
3) The phenology is not the same. On a spot where both species grow together, O. ortuabis flowers three weeks before O. funerea. (Let us notice that O. ortuabis has only been spotted on two localities).
The pollinator of this "new" Ophrys has been found and identified. It is the very small bee Andrena hypopolia.
As far as I am aware, the pollinator of O. funerea remains unknown. May I remind you that O. funerea is endemic to Corsica and Sardinia, that it is not the same species as the Pseudophrys with small flowers growing in the South of France, the name of which is O. forestieri, and which belongs to another group, the O. fusca group.

You will find slides of O. ortuabis in the group A3 (A3-10) and, clicking this link, O. ORTUABIS, you will see a very nice slide of it on a very interesting site devoted to Sardinian orchids : Orchidee spontanee in Sardegna, maintained by the Sezione Sardegna of the G.I.R.O.S. (Gruppo Italiano Riccerca Orchidee Spontanee).
You will also find shots of O. funerea in group A3 and of O. forestieri in group A2.

Bibliography follows the French text

Les auteurs ont découvert dans le Sarcidano (Sardaigne centrale) un Pseudophrys aux fleurs extrêmement petites, qui cohabite parfois avec O. funerea. Ils lui ont consacré deux articles dans L'Orchidophile (1998 et 2002) en lui donnant le nom d'O. ortuabis M.P.Grasso & L.Manca, en référence à une localité du Sarcidano.
Les deux taxons se différentient par un certain nombre de caractères :
1) Leurs fleurs n'ont pas la même taille : la longueur du labelle est de 9-12 mm chez O. funerea alors qu'elle n'est que de 7-8 (10) mm chez O. ortuabis.
2) Le labelle d'O. ortuabis n'est pas genouillé à la base, alors qu'il l'est, d'après les auteurs, chez O. funerea. (Je signale que ce caractère n'est pas repris par Pierre Delforge dans son Guide des Orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient 2002).
3) La phénologie des deux plantes est différente. Sur les mêmes sites, O. ortuabis fleurit trois semaines plus tôt qu'O. funerea. Notons au passage que seules deux localités d'O. ortuabis semblent connues.
Le pollinisateur du "nouvel" Ophrys a été découvert et identifié. Il s'agit de la minuscule abeille Andrena hypopolia.
A ma connaissance celui d'O. funerea n'est pas connu. Je rappelle qu'O.funerea est un endémique cyrno-sarde, différent de l'espèce à petites fleurs qui pousse dans le Midi de la France, s'appelle O. forestieri et appartient à un autre groupe de Pseudophrys, celui d'O. fusca.

Vous verrez des diapositives d'O. ortuabis dans le groupe A3, et en cliquant sur le lien suivant O. ORTUABIS, vous en verrez une diapositive qui se trouve sur un site très intéressant, consacré aux orchidées de Sardaigne, que je vous engage vivement à parcourir pour admirer les belles photographies qu'il contient : Orchidee spontanee in Sardegna. C'est le site maintenu par la Sezione Sardegna du G.I.R.O.S. (Gruppo Italiano Riccerca Orchidee Spontanee).
Vous trouverez aussi des diapositives d'O. funerea dans le groupe A3 et d'O. forestieri dans le groupe A2.

Bibliography :
Delforge,P.1999.-Contribution à la stabilisation de la nomenclature dans le groupe d'Ophrys fusca : désignation d'un néotype pour Ophrys fusca Link in Schrader 1800, Ophrys funerea Viviani 1824, Ophrys bilunulata Risso 1844 et Ophrys forestieri (Reichenbach fil. 1851)Lojacono 1909. Natural. belges (Orchid.12) : 179-229.
Grasso,M.P. & Manca,L. 1998.- Observations sur un nouvel Ophrys du groupe funerea découvert en Sardaigne. L'Orchidophile 131: 77-81.
Grasso,M.P. & Manca,L. 2002.- Ophrys ortuabis M.P.Grasso et L.Manca, sp. nova.L'Orchidophile 151: 81-86.

Go to LIST

15. O. janrenzii M.Hirth 2002, O. zeusii M.Hirth 2002 (added November 27, 2003)

Monika Hirth published in Jahresberichte des Naturwissenschaftlichen Vereins Wuppertal 55, 2002 a paper devoted to the O. sphegodes - O. mammosa complex. The situation of these Ophrys groups is very intricated, both on the Ionian island of Corfu and in the north-west of Greece, and the author tries to get right to its bottom.


She undertook seven trips to Corfu, staggered from February 23 to May 25, covering in this way the whole flowering season of the genus Ophrys.
Her opinion is that three to five taxons of this group grow on the island, some of them flowering very early, and that O. mammosa s. str. is indeed a very rare species over there, limited to the southern tip of the island.
One of these taxons, the name of which was at the beginning O. x pseudomammosa, name given by Renz is now, from 1992 onwards, named O. herae, an Ophrys described by Hirth & Spaeth from the island of Samos, but now generally accepted as having a much larger area of distribution, from western Greece to Turkey and Cyprus.
The paper also relates the history of the different names used for this Corfu taxon.
In 1928 Renz gave it the name of O. x pseudomammosa, thinking it to be a hybrid between O. sphegodes and O. mammosa.
In 1988 Paulus found in Crete a plant he believed to be O. pseudomammosa (with species rank).
In 1992 Hirth & Spaeth described O. herae from the island of Samos, putting foreward the idea that this plant could perhaps be related to the Corfu hybrids.
Shortly afterwards Delforge resumes the study of O. herae, greatly extending its geographical distribution.
Monika Hirth went to Basle looking at Renz' herbarium, and express the opinion that the O. x pseudomammosa kept therein are most probably hybrids between a species of the O. sphegodes - O. mammosa group and O. cephalonica.
She believes the distribution area of O. herae to be much smaller, perhaps limited to the sole island of Samos, and that this Samos plant doesn't match with plants from Corfu (where grow many different species), nor with Turkish and Cretan plants (these last ones pollinated by Andrena nigroaena).
The Coufu plant is then devoid of any name, as it is not O. herae, and she gives it the name of O. janrenzii M. Hirth, honouring Jany Renz, pioneer searcher of Corfu and Greek orchids.
It's possible to tell apart the "new" species from O. herae by the following characteristics :
- smaller flowers
- sepals and petals usually green, rarely overlaid with pink
- basal field darker and longer
- darker brown lip, differently shaped
- smaller appendix, inserted into an indentation of the lip edge.
On Corfu it is pollinated by Andrena thoracica (the pollinator of O. herae regrettably remains unknown).
The plant belongs to the O. mammosa group, but its basal field, lighter than the center of the lip, brings it close to the O. sphegodes group.
Flowering is from the beginning of March to the beginning of April, extending to the middle of April, would the season be a late one.


Here the problem is to know what really was Renz' O. aranifera f. epirotica, which, later, became a species of its own, O. epirotica.
Monika Hirth is of the opinion that authors (Gölz & Reinhard in 1983, Kapteyn den Boumeester and Willing in 1988) who later resumed the study of this plant, expanded its variation interval as precised by Renz, to include another species under the same name O. epirotica.
(Following Gölz & Reinhard, plants with often bicolor lateral sepals, slightly undulated petals, with an often trilobate lip devoid of, or only with small gibbosities, flowering very late, belong to O. epirotica).
She traveled up and down the surroundings of Igoumenitsa, where Renz' locus typicus was located, but without any kind of success, being unable to spot O. epirotica in a much degraded countryside.
She the paid a visit to Renz' herbarium in Basle. The herbarium sheet with the type of O. aranifera f. epirotica shows plants with rounded, dark lips. It is now impossible to appreciate what was the sepals colour.
Close to this sheet, there are two black-and-white photographs from Reinhard's herbarium, labelled O. sphegodes in Renz' own handwriting. But the same two photographs were labelled O. sphegodes f. epirotica in Gölz & Reinhard's paper about orchids of Albania!.
There are also a colour photograph, and a letter from Reinhard thanking Renz to have put the name epirotica on an Ophrys with white sepals and petals and a trilobate lip showing a broad yellow edge.
And also floral analyses made by Reinhard, again labelled epirotica by Renz himself, who so agree with Gö:lz and Reinhard's way to see this species.
Anyway, if you just look at the type sheet, O. epirotica is a plant with a middle-sized dark lip, with a macula made of two light parallel stripes, flowering quite on the late, beginning only in May, even in low-lying areas.
Plants not matching up to this description (like those spoken about by Gölz, Reinhard and Willing) are not O. epirotica and deserve a new name, O. zeusii, paying homage to Zeus, the great Greek god.
The holotype was collected close to Anoixi, Grevena, 22-05-1998. Due to the lip pilosity, it is part of the O. mammosa group, but as for O. janrenzii, its basal field and stigmatic cavity brings it nearer to the O. sphegodes group.
Its distribution area appears to be quite extensive, as it was also spotted in the Peloponnese.

Just one remarks :
Monika Hirth says that there are at least three to five species of this Ophrys group in Corfu, but we don't know anything about the relations of O. janrenzii with the two or four other taxons.

You'll find photos of these two species in group B12, B12-27 for O. zeusii and B12-28 for O. janrenzii.
And, clicking this link O. ZEUSII, you will reach a sheet of the excellent German website ORCHIDEEN EUROPAS (already for long in the LINKS of this site), where there are many nice shots of O. zeusii.

Bibliography follows the French text

Monika Hirth a publié un article consacré au complexe des groupes d'O. sphegodes - O. mammosa dans Jahresberichte des Naturwissenschaftlichen Vereins Wuppertal 55, 2002.
La situation de ces deux groupes dans l'île ionnienne de Corfou et dans le nord-ouest de la Grèce est particulièrement confuse et l'auteur tente de l'éclaircir.


Elle a effectué sept voyages à Corfou qui s'échelonnent du 23 février au 25 mai et recouvrent toute la période de floraison des Ophrys.
Elle estime qu'il existe dans l'île de trois à cinq taxons du groupe, plusieurs à floraison très précoce, et qu'O. mammosa s. str. y est fort rare et localisé dans le sud de l'île.
Un de ces taxons, désigné primitivement sous le nom d'O. x pseudomammosa par Renz, est connu depuis 1992 sous le nom d'O. herae, espèce décrite par Hirth & Spaeth de Samos et considérée depuis comme ayant une aire de répartition plus large, s'étendant de l'Ouest de la Grèce à Chypre et à la Turquie.
L'article retrace ensuite l'historique des différents noms appliqués au(x) taxon(s) de Corfou.
Renz décrit en 1928, sous le nom d'O. x pseudomammosa ce qu'il considère comme l'hybride O. mammosa x O. sphegodes.
En 1988 Paulus trouve en Crète une plante à laquelle il estime que le nom d'O. pseudomammosa (élevé au rang d'espèce) peut s'appliquer.
En 1992 Hirth & Spaeth décrivent O. herae de l'île de Samos en émettant l'hypothèse que la plante pourrait ne pas être sans rapports avec les "hybrides" x pseudomammosa de Corfou.
Peu de temps après Delforge reprend l'étude d'O. herae et étend considérablement son aire de répartition.
Après avoir étudié l'herbier de Renz à Bâle (qui contient plutôt, sous le nom d'O. x pseudomammosa, des hybrides entre un taxon du "groupe sphegodes - mammosa" et O. cephalonica), l'auteur estime qu'O. herae est une plante à répartition beaucoup plus étroite (peut-être même limitée à la seule île de Samos), qui se différentie nettement des plantes de Corfou, où existent plusieurs espèces différentes non encore nommées, mais aussi des plantes crétoises, pollinisées par Andrena nigroaena, et turques.
La plante de Corfou n'ayant donc plus de nom, puisque ce n'est pas O. herae, est décrite sous celui d'O. janrenzii M. Hirth, en hommage à Jany Renz, pionnier de l'orchidologie à Corfou et en Grèce.
La nouvelle espèce se distingue d'O. herae par
- des fleurs plus petites,
- des sépales et pétales en général verts, rarement lavés de rose,
- un labelle d'un brun plus foncé et différemment formé,
- un champ basal plus foncé et plus allongé,
- un appendice plus petit, inséré dans une échancrure.
À Corfou son pollinisateur est Andrena thoracica (celui d'O. herae à Samos est encore inconnu).
La plante appartient au groupe d'O. mammosa, mais son champ basal plus clair que le centre du labelle, la rapproche du groupe d'O. sphegodes.
Elle fleurit du début mars au début avril, parfois jusqu'à la mi-avril lors d'une saison tardive.


Le problème consiste ici à savoir ce qu'était vraiment l'O. aranifera f. epirotica de Renz, devenu depuis une espèce à part entière.
L'hypothèse de travail de M. Hirth est que les orchidologues qui ont traité de cette espèce (Gölz & Reinhard en 1983, Kapteyn den Boumeester et Willing en 1988) ont élargi son intervalle de variation pour y inclure d'autres plantes qui ne correspondent pas à la définition de Renz. (D'après Gölz & Reinhard : des plantes aux sépales latéraux souvent bicolores, aux pétales en général légèrement ondulés, au labelle souvent trilobé, peu ou non gibbeux, et à floraison fort tardive sont considérées comme des O. epirotica).
Des recherches menées par M. Hirth dans l'hinterland d'Igouménitsa (où est situé le locus typicus de Renz, n'ont pas permis de retrouver O. epirotica.
Elle a consulté l'herbier de Renz à Bâle. La planche qui porte le type d'O. epirotica montre des plantes aux labelles arrondis et foncés. La couleur, bicolore ou non, des sépales latéraux ne pouvant plus être déterminée.
On trouve dans la même chemise que celle qui contient la planche typique des photographies en noir et blanc provenant de l'herbier de Reinhard, annotées de la main même de Renz comme O. sphegodes alors qu'elles figurent dans l'article de Gölz & Reinhard sur l'Albanie comme O. epirotica.
Figurent aussi une photographie en couleurs et une lettre de Willing qui remercie Renz d'avoir identifié comme O. epirotica une fleur au périanthe blanc et au labelle trilobé muni d'un large bord jaune.
Des analyses florales de Reinhard sont aussi identifiées par Renz comme des epirotica. Il valide donc l'interprétation faite par Gölz & Reinhard de son O. sphegodes f. epirotica.
Toutefois, si on se limite à l'exemplaire type, O. epirotica est une plante au labelle de taille moyenne, foncé, arrondi, dont la macule est composée de deux légers traits parallèles, qui fleurit tardivement, à partir du mois de mai, même dans les localités de basse altitude.
Les plantes qui ne correspondent pas à cette description, comme celles dont parlent Gölz, Reinhard et Willing, méritent un nouveau nom, O. zeusii, en hommage à Zeus, le grand dieu grec.
Le holotype provient d'Anoixi, près de Grevena, Grèce, 22-05-1998.
Par la pilosité de son labelle, la plante appartient au groupe d'O. mammosa comme défini par P.Devillers & J.Devillers-Terschuren, mais son champ basal et sa cavité stigmatique la rapprochent du groupe d'O. sphegodes.
L'espèce a une répartition plus large puisqu'elle existe aussi dans le Péloponnèse.

J'aimerais faire une remarque personnelle : Monika Hirth dit qu'il existe de trois à cinq espèces d'Ophrys de ce groupe à Corfou, mais elle ne nous présente que celle décrite sous le nom d'O. janrenzii, sans donner aucune information sur ses relations avec les deux à quatre autres taxons.

Vous trouverez des photos de ces deux espèces dans le groupe B12, B12-27 pour O. zeusii et B12-28 pour O. janrenzii.
Et, en cliquant sur le lien suivant, O. ZEUSII vous arriverez à une page de l'excellent site allemand ORCHIDEEN EUROPAS (qui figure dans les LIENS de ce site depuis longtemps), et qui contient plusieurs belles photographies d'O. zeusii.

Bibliography :
Hirth,M. 2002.- Zur Systematik einiger Ophrys-Arten aus dem sphegodes-mammosa-Komplex von Kerkira (Korfu) und NW Griechenland. Jahresber. naturwiss. Vereins Wuppertal 55 : 163-188.

Go to LIST

16. O. negadensis G. & W. Thiele 2001, O. cornuta var. minuscula G. & W.Thiele 2002 (added December 5, 2003)

Günther et Wolfgang Thiele published in Journal Europäischer Orchideen three papers devoted to orchids prospections made in northwestern Greece in 2001, 2002 and 2003.
These papers, with lots of informations about orchids from that corner of Greece, hold a very long list of prospected sites, descriptions of many Ophrys hybrids, and the description of two new taxa : O. negadensis and O. cornuta var. minuscula.

I. O. negadensis G. & W.Thiele 2001.

This species, related to O. hebes, was split from this latter species with the use of Gölz and Rheinhard statistical method.
Informations are rather few, being almost limited to the description and the comparison with O. hebes.
It's possible to tell it apart from O. hebes with the following :
- The lip is quite often trilobate and strongly recurved downwards, giving it a very convex appearance. It is also much darker.
- The macula looks like a very long H, equalling two thirds or three quarters of the lip length, usually devoid of any rounded or elliptic spot.
- On average the lip is somewhat longer : - negadensis: m = 10,83 mm (n = 15)
- hebes: m = 9,44 mm (n = 15)
- As are petals : - negadensis: m = 9,8 mm (n = 15)
- hebes: m = 8,09 mm (n = 15)
- The appendix is still smaller than that of O. hebes, sometimes missing.

Would you check G. & W.Thiele's list of localities, noteworthy is the fact that both species always grow together on the five sites where they were spotted, none of them growing alone on any site.
They flower about mid-May and hybridize, one of these hybrids being illustrated in the 2001 paper.

You will find slides of O. negadensis in group B13 (B13-14, dias 1-6).

II. O. cornuta var. minuscula G. & W.Thiele 2002.

Authors discovered, along the road between Ioannina and Igoumenitsa, O. cornuta with very tiny little flowers, always growing together, when the "regular" O. cornuta were growing scattered all over the countryside.
The are of the opinion that these plants don't match with O. minutula Paulus (described from Rhodes, see OPHRYS NEWS n°5) and describe this "new" variety using Gölz and Reinhard's statistical method.
Of course it is distinguishable from "regular" O. cornuta by smaller dimensions. On average plants are smaller, with less flowers, and these are much smaller :
- Length of the lip : -O. cornuta "regular" : 11,3 mm
-O. cornuta var. minuscula : 7,65 mm
- Length of sepals : -O. cornuta "regular" : 11,6 mm
-O. cornuta var. minuscula : 10,4 mm
- Length of petals : -O. cornuta "regular" : 4 mm
-O. cornuta var. minuscula : 2,9 mm
- Sepals of the "new" variety don't recurve so strongly backward, never touching the ovary, as they do with "regular" O. cornuta.
Flowering time is mid-May.

Note : The problem of names to be attributed to "cornuta"-type Ophrys of the O. scolopax group in Greece and the Egaean sea is a real imbroglio. Every specialist has other ideas and uses other names.
Just to illustrate this, Delforge (2001) uses O. cornuta for small- and middle-sized flowers, O. bicornis for plants with large flowers, and creates O. leptomera for a taxon with large flowers, green sepals and petals, growing in Evia, Paros and Naxos.
Devillers & Devillers-Terschuren (1994) use O. oestrifera for plants having small or middle-sized flowers, reserving O. schlechteriana for those which large flowers.
Paulus (2001) calls O. oestrifera plants having large and middle-sized flowers, giving to small flowers ones the new name of O. cornutula. He is also the only one to take into account the pollinators.
G. & W. Thiele (2002) use O. cornuta for plants with large and middle-sized flowers, creating the new name of O. cornuta var. minuscula for some populations of plants with small flowers.
Would you like to go deeper into this problem, just refer to Devillers & Devillers-Terschuren (1994) and Paulus (2001) papers pointed out in the bibliography.

III. Hybrids.

Here is the list of hybrids described in these papers.

O. grammica x O. helenae = O. x plakotiana
O. hebes x O. negadensis = O. x zagoriana
O. helenae x O. leucophthalma
Orchis ovalis x Orchis provincialis
Orchis ovalis x Orchis spitzelii

Bibliography follows the French text

Günther et Wolfgang Thiele ont publié dans Journal Europäischer Orchideen une série de trois articles consacrés à des prospections réalisées en 2001, 2002 et 2003 dans le nord-ouest de la Grèce.
En plus de nombreuses informations sur les orchidées de la région, et de la description de plusieurs hybrides d'Ophrys, les auteurs décrivent deux nouveaux taxons : O. negadensis et O. cornuta var. minuscula.

I. O. negadensis G. & W.Thiele 2001.

Cette espèce, proche d'O. hebes, a été isolée de celui-ci par la méthode statistique de Gölz et Reinhard.
Les informations fournies, malgré la présence d'une diagnose différentielle, sont assez maigres, limitées à la description et à la comparaison des deux espèces.
O. negadensis se distingue d'O. hebes par
- Un labelle plus sombre, souvent profondément trilobé, fortement rabattu vers le bas, ce qui lui donne un aspect très convexe,
- Une macule en forme de H très allongé, atteignant les deux tiers ou les trois quarts de la longueur du labelle, dépourvue des taches arrondies ou ovales que présente souvent la macule d'O. hebes,
- Un labelle en moyenne un peu plus long : - negadensis: m = 10,83 mm (n = 15)
- hebes: m = 9,44 mm (n = 15)
- Des pétales en moyenne un peu plus longs : - negadensis: m = 9,8 mm (n = 15)<
- hebes: m = 8,09 mm (n = 15)
- Un appendice encore plus petit que celui d'O. hebes, voire absent.

Il est intéressant de noter que les deux espèces sont toujours sympatriques sur tous les sites où elles ont été trouvées (cinq au total pour les prospections des deux auteurs), aucune d'entre elles ne possédant une station où l'autre soit absente.
Elles fleurissent à la mi-mai et s'hybrident. Un de ces hybrides est illustré dans l'article de 2001.

Vous trouverez des diapositives d'O. negadensis dans le groupe B13 (B13-14, dias 1-6).

II. O. cornuta var. minuscula G. & W.Thiele 2002.

Les auteurs ont découvert le long de la route qui relie Ioannina à Igoumenitsa des O. cornuta à fleurs particulièrement petites, toujours rassemblés en petits groupes, alors que les O. cornuta "de dimensions normales" poussaient disséminés un peu partout.
Ils estiment qu'il ne s'agit pas de l'O. cornutula Paulus (décrit de Rhodes, cfr. OPHRYS NEWS n°5), et décrivent cette nouvelle variété par la méthode statistique de Gölz et Reinhard.
Bien entendu elle se distingue des O. cornuta "normaux" par des dimensions moindres. La plante est en moyenne plus petite, elle possède moins de fleurs et celles-ci sont de plus petite taille :
- Longueur du labelle : -O. cornuta "normaux" : 11,3 mm
-O. cornuta var. minuscula : 7,65 mm
- Longueur des sépales : -O. cornuta "normaux" : 11,6 mm
-O. cornuta var. minuscula : 10,4 mm
- Longueur des pétales : -O. cornuta "normaux" : 4 mm
-O. cornuta var. minuscula : 2,9 mm
- Les sépales de la nouvelle variété se rabattent moins fortement vers l'arrière, ne finissant pas par toucher l'ovaire comme ils le font chez les exemplaires "normaux".
La période de floraison est la mi-mai.

Note : La taxonomie des Ophrys du type "cornuta" appartenant au groupe d'O. scolopax dans les Balkans et la mer Égée est un imbroglio sans nom. Il y a de toute évidence des plantes à fleurs petites, moyennes et grandes. Tous les auteurs modernes ont des opinions différentes quant aux noms qu'il faut leur attribuer. A titre d'exemples :
Delforge (2001) utilise O. cornuta pour les plantes à fleurs petites et moyennes. Pour celles à grandes fleurs de Grèce, O. bicornis. De plus il décrit un taxon à grandes fleurs, aux sépales et pétales verts, poussant en Eubée, à Paros et Naxos, O. leptomera.
Devillers & Devillers-Terschuren (1994) appellent O. oestrifera les plantes à petites fleurs, O. schlechteriana celles dont les fleurs sont grandes.
Paulus (2001) appelle O. oestrifera les plantes à fleurs grandes et moyennes, et crée le nom d'O. cornutula pour celles dont les fleurs sont petites. Il est le seul à s'occuper du problème des pollinisateurs.
Thiele,G. & W. (2002) emploient O. cornuta pour les plantes à fleurs grandes et moyennes et décrivent O. cornuta var. minuscula pour une plante aux très petites fleurs.
Vous trouverez davantage d'explications sur ce problème dans les articles de Devillers & Devillers-Terschuren et Paulus repris dans la bibliographie.

III. Hybrides.

Voici la liste des hybrides décrits dans ces articles.

O. grammica x O. helenae = O. x plakotiana
O. hebes x O. negadensis = O. x zagoriana
O. helenae x O. leucophthalma
Orchis ovalis x Orchis provincialis
Orchis ovalis x Orchis spitzelii

Bibliography :
Delforge,P. 2001.- Guide des Orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient: 2ème éd. 592p. Delachaux et Niestlé, Lausanne - Paris.
Devillers,P. & Devillers-Terschuren,J. 1994.- Essai d'analyse systématique du genre Ophrys. Natural. belges 75 (Orchid. 7 suppl.): 349-352.
Paulus, H.F. 2001.- Daten zur Bestäubungsbiologie und Systematik der Gattung Ophrys in Rhodos (Griechenland) mit Beschreibung von Ophrys parvula, Ophrys persephonae, Ophrys lindia, Ophrys eptapigiensis spec. nov. aus der Ophrys fusca s. str. Gruppe und Ophrys cornutula spec. nov. aus der Ophrys oestrifera-Gruppe (Orchidaceae und Insecta, Apoidea). Ber. Arbeitskrs. Heim. Orch. 18(1): 38-86.
Thiele, G. & W. 2001.- Ein Beitrag zum Kenntnisstand der Orchideen in Nordwest-Griechenland. J. Eur. Orch. 33: 891-916.
Thiele, G. & W. 2002.- Ergänzungen zur Kenntnis der Orchideen in Nordwest-Griechenland. J. Eur. Orch. 34: 639-654.
Thiele, G. & W. 2003.- Orchideenkartierung in NW-Griechenland - Teil 3. J. Eur. Orch. 35: 361-380.

Go to LIST

17. O. illyrica S. & K.Hertel 2002 (added December 21, 2003)

Stefan et Kerstin Hertel have recently given a paper in Journal Europäischer Orchideen devoted to orchids from Istria (Croatia).
They are of the opinion that there exist over there, in the group of O. sphegodes, two species with small flowers. They flower successively, are quite easily distinguished by some morphological features, and are both mixed up under the name of O. tommasinii.
They consider the early, April flowering species, as typical O. tommasinii, and name the other one, flowering from early May to half June, O. illyrica S. & K.Hertel. This last one is pollinated by Andrena pandellii.
It's possible to tell it apart from O. tommasinii by the following :
- The stigmatic cavity is always significantly higher for an equivalent breadth.
- The column always makes a larger angle with the lip, as it does by O. tommasinii where they are roughly parallel. All these probably means that the head of the insect pollinating O. tommasinii is smaller than that of Andrena pandellii. The pollinator of O. tommasinii has not yet been discovered.
- It flowers later.
The species grows in Istria, but also on the island of Cres where the holotype comes from.

Note : It appears that the situation is still more intricated, and that a third species exists, matching much better with the type of O. tommasinii, deposited in Kew Herbarium. (Pierre Devillers, pers. comm.) Things are more probably going to change shortly.

You will find slides of O. illyrica in group B16 (B16-8).

Bibliography follows the French text

Stefan et Kerstin Hertel ont publié dans Journal Europäischer Orchideen un article consacré aux orchidées d'Istrie (Croatie).
Ils se sont aperçus que dans le groupe d'O. sphegodes il existe deux taxons à petites fleurs, confondus sous le nom d'O. tommasinii, qui se distinguent tant par leurs périodes de floraisons que par certaines particularités morphologiques.
Ils considèrent que l'espèce précoce, fleurissant en avril, est O. tommasinii s. str.
A l'espèce plus tardive, pollinisée par Andrena pandellii, qui fleurit du début mai à la mi-juin, ils donnent le nom d'O. illyrica S. & K.Hertel. Elle se distingue de la plante précoce par les caractères suivants:
- La cavité stigmatique constamment plus haute, pour une largeur sensiblement égale.
- La colonne forme un angle beaucoup plus ouvert avec le labelle que chez O. tommasinii, chez qui ils sont presque parallèles. Ces deux caractères laissent supposer que la tête du pollinisateur, toujours inconnu, d'O. tommasinii est plus petite, et qu'il s'agit sans doute d'une autre espèce d'hyménoptère.
- La période de floraison plus tardive.
Non seulement l'espèce habite l'Istrie, mais elle pousse aussi dans l'île de Cres, d'où provient le holotype.

Note : La situation telle qu'elle est présentée dans cet article va sans doute se modifier sous peu. Il semble en effet qu'il existe un troisième taxon, dont l'époque de floraison est intermédiaire, et qui correspond au type d'O. tommasinii déposé dans l'herbier de Kew. (Pierre Devillers, comm. pers.)

Vous verrez des diapositives d'O. illyrica dans le groupe B16 (B16-8).

Bibliography :
Hertel, S. & K. 2002.- Beobachtungen zu den Orchideen Istriens. J. Eur. Orch. 34: 493-542.

Go to LIST

18. O. fuciflora subsp. lorenae De Martino,E. & Centurione,N. 2002 (added January 3, 2004)

In this paper, published in Journal Europäischer Orchideen, 2002, and devoted to Italian O. fuciflora, authors begin to review the different aspects of species concept used in orchidology.
The assume definitely a lumper attitude, reducing many taxons generaly given species rank to subspecies level, and are of the opinion that eight subspecies of O. fuciflora grow in Italy besides O. fuciflora s. str. Here is the list :

- O. fuciflora subsp. fuciflora (F.W.Schmidt)Moench (= O. annae J.Devillers-Terschuren & P.Devillers)
- O. fuciflora subsp. maxima (H.Fleischmann) Soó (= O. episcopalis Poiret)
- O. fuciflora subsp. apulica O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. parvimaculata O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. candica E.Nelson
- O. fuciflora subsp. gracilis Büel, O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. elatior (Gumprecht ex H.F.Paulus) Engel & Quentin (= O. serotina Rolli ex H.F.Paulus; = (?) O. tetraloniae W.Teschner)
- O. fuciflora var. linearis (Moggridge) E.G.Camus, Bergon & A.Camus
- O. fuciflora subsp. lorenae De Martino,E. & Centurione, N.

They deserve the credit of clearly explaining what they mean by the word "subspecies", adopting Du Reitz' definition (1930): a subspecies is made up of a set of populations, living in many places, showing a regional aspect more or less distinct of that of the species itself. Consequently they recognize subspecies to have a geographical connotation.
You may use the subspecies rank to account for modifications induced to a species by the type of biotope it lives in. These modifications already are, or will be, geneticaly acquired. They belong to every plant of every population living in this biotope, but don't belong to the gene pool of other large populations, submitted to crossed pollination, living in other biotopes.
On the other hand, they reserve the term "variety" to point out extreme variations of a characteristic, linked by intergrading forms to individuals exhibiting, in a given population, the mean value of this characteristic.
Authors also insist on the fact that Italian orchids growing on calcareous massifs or regions submitted to a Mediterranean climate, are pretty well known, but that this is far from true for those growing on clayey soils in deep gullies so typical of many places in northern Apennines.
Instability and poor oxygenation of steep slopes, summer drought, surface salt deposits of various nature induced by intense evaporation, decalcification and pH alterations, all this contribute to create extreme living conditions, able to alter plants populations growing in such a harsh environment.
It's precisely in this kind of place, at Ponte Locatello, on the grounds of the commune Grizzana Morandi, in Emilia-Romagna, that they studied a scolopaxoïd population of O. fuciflora distinguishable from true O. fuciflora by the following :
- a trilobate lip
- gibbosities always over 4 mm long
- a lip with strongly downwards recurved edges
- a continuous, strong pilosity
- floral bracts longer than the flowers
They give to this plant the name O. fuciflora subsp. lorenae De Martino, E. & Centurione, N..
It flowers from mid-April to the middle of May, a few weeks before O. fuciflora s. str.

I don't have any slide of it and didn't find any on the web. But the authors tell that some of the pictures to be found in Pierre Delforge's paper pointed out in the bibliography of this note, most probably show O. fuciflora subsp. lorenae with undivided lips.

Bibliography follows the French text

Dans cet article, publié en 2002 dans Journal Europäischer Orchideen, et consacré aux O. fuciflora italiens, les deux auteurs commencent par passer en revue les différents concepts de la notion d'espèce utilisés en orchidologie.
Ils adoptent une attitude de "lumpers" en abandonnant le rang spécifique généralement reconnu à de nombreux taxons, et estiment qu'il existe en Italie, huit sous-espèces d'O. fuciflora en plus d'O. fuciflora s. str. Ce sont :

- O. fuciflora subsp. fuciflora (F.W.Schmidt)Moench (= O. annae J.Devillers-Terschuren & P.Devillers)
- O. fuciflora subsp. maxima (H.Fleischmann) Soó (= O. episcopalis Poiret)
- O. fuciflora subsp. apulica O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. parvimaculata O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. candica E.Nelson
- O. fuciflora subsp. gracilis Büel, O. & E.Danesch
- O. fuciflora subsp. elatior (Gumprecht ex H.F.Paulus) Engel & Quentin (= O. serotina Rolli ex H.F.Paulus; = (?) O. tetraloniae W.Teschner)
- O. fuciflora var. linearis (Moggridge) E.G.Camus, Bergon & A.Camus
- O. fuciflora subsp. lorenae De Martino,E. & Centurione, N.

Ils ont le grand mérite de définir clairement ce qu'ils entendent par sous-espèce, en adoptant la définition de De Rietz (1930) qui la considère comme un ensemble "de populations habitant plusieurs biotopes et offrant un faciès régional plus ou moins distinct de celui de l'espèce elle-même".
Bref, ils estiment que dans la notion de sous-espèce il existe un facteur d'isolement géographique, même si celui-ci est d'amplitude limitée.
Ils réservent le terme de "variétés" aux modifications extrêmes, mais reliées de manière continue à la moyenne de l'expression d'un caractère propre aux individus d'une même population.
Les auteurs insistent sur le fait que les orchidées des massifs calcaires et des régions au climat typiquement méditerranéen d'Italie sont bien connues, mais que les terrains argileux caractéristiques des vallées encaissées de nombreuses régions de l' Apennin septentrional ont été bien moins prospectées.
L'instabilité de ces versants, l'aridité estivale, la remontée de dépôts salins variés due à l'évaporation, la décalcification plus ou moins importante et les modifications du pH qui s'ensuivent, la faible oxygénation des terres et les pentes très fortes, créent des conditions extrêmes qui peuvent influer sur les populations de certaines plantes qui y vivent.
C'est précisément dans ce type de biotopes, au lieu-dit Ponte Locatello, sur le territoire de la commune de Grizzana Morandi, en Émilie-Romagne qu'ils ont découvert une population scolopaxoïde d'O. fuciflora qui se distingue du type de l'espèce par
- un labelle trilobé
- des gibbosités d'une longueur toujours supérieure à 4 mm
- un labelle aux bords fortement rabattus vers le bas
- une pilosité plus importante, continue
- des bractées florales beaucoup plus longues que les fleurs
Ils donnent à cette plante le nom d'O. fuciflora subsp. lorenae De Martino, E. & Centurione, N..
Elle fleurit de la mi-avril à la première décade de mai, quelques semaines avant les O. fuciflora s. str.

Je ne dispose pas de diapositives de cette nouvelle sous-espèce et je n'en ai pas trouvé d'image sur le web, mais les auteurs signalent eux-mêmes que certaines photographies de l'article de P. Delforge repris dans la bibliographie montrent sans doute des O. fuciflora subsp. lorenae aux labelles non trilobés.

Bibliography :
Delforge,P. 2000.- Remarques sur les Ophrys fuciflora tardifs d'Italie péninsulaire méridionale et description d'Ophrys posidonia sp. nova. Natural. belges 81 (Orchid. 13): 157-175.
De Martino,E. & Centurione,N. 2002.- Pauca dicantur ut multum retinetur: specie biologica, tassonomica, evoluzionistica o fenetista? Ophrys fuciflora subsp. lorenae De Martino & Centurione subsp. nov. J. Eur. Orch. 34: 583-594.

Go to LIST

19. O. kvarneri M.L.Perko & H.Kerschbaumsteiner 2003 (added January 23, 2004)

Please note that this name is synonym of O. zinsmeisteri A.Fuchs & Ziegenspeck (pro hybr.)

M.L.Perko and H. Kerschbaumsteiner described in Berichte aus den Arbeitskreisen Heimische Orchideen 2003 (Heft 1) a new Ophrys species belonging to the O. scolopax group, O. kvarneri. It grows in Istria and in the Quarnaro archipelago (Croatia), Kvarner-Archipel in German, hence its name.
(If necessary, the Quarnaro archipelago is in the Adriatic sea, in the gulf made by the east coast of Istria and the northern part of the Dalmatian coast. Its largest islands are Krk, Cres, Losinj and Rab).

This plant is related to O. cornuta (syn. O. oestrifera), but it's possible to tell it from this latter species apart using the following characteristics :

- Gibbosities on the lip are shorter (length 4-5 mm, sometimes a little more)
- Sepals are also shorter (length 4-5 mm, breadth 6 mm, color deep pink)
- The lip has a much more rectangular outline, its edges being much less recurved downwards, which also moves it away from O. scolopax (length of the lip 11-13 mm).

Plants are very constant wherever they come from, eastern Istria, Krk or Losinj.
In 2000 a pseudo-copulation with Eucera nigrescens was noticed. This bee is also one of the pollinators of small-flowered species belonging to the O. tetraloniae group, as O. untchjii, and the "new" species could be of hybridogene origin between O. untchjii and O. cornuta.

The paper is beautifully illustrated with eight color photographies and three nice black and white drawings.

You will find slides of O. kvarneri under its real name, O. zinsmeisteri in group B8 c (B8 c-1).

Bibliography follows the French text

Veuillez noter que ce nom est synonyme d'O. zinsmeisteri A.Fuchs & Ziegenspeck (pro hybr.)

M.L.Perko et H. Kerschbaumsteiner ont publié dans les Berichte aus den Arbeitskreisen Heimische Orchideen 2003 (Heft 1) una article consacré à la description d'un Ophrys du groupe d'O. scolopax qu'ils appellent O. kvarneri et qui pousse en Istrie et dans l'archipel de Quarnaro (Croatie), Kvarner-Archipel en allemand, d'où son nom.
(En cas de besoin, l'archipel de Quarnaro se trouve dans le golfe de la mer Adriatique formé par la côte orientale de l'Istrie et le nord de la côte dalmate. Ses principales îles sont Krk (prononcer "Keurk"!), Cres, Losinj et Rab).

La plante est proche d'O. cornuta (syn. O. oestrifera) mais s'en distingue nettement par plusieurs caractères :

- Les gibbosités du labelle sont plus courtes (longueur 4-5 mm, parfois un peu plus)
- Les sépales sont aussi plus courts (longueur 11-15 mm, largeur 6 mm, d'un rose soutenu)
- Un labelle nettement plus rectangulaire dont les bords sont moins rabattus vers le bas, ce qui éloigne aussi la plante d'O. scolopax.

Les plantes sont très constantes dans toutes les populations connues, que ce soit sur la côte orientale d'Istrie, à Krk ou à Losinj.
En 2000 une pseudocopulation avec Eucera nigrescens a été observée. Cette abeille pollinise aussi les espèces à petites fleurs du groupe d'O. tetraloniae, comme O. untchjii, et il n'est pas impossible que la "nouvelle" espèce soit d'origine hybridogène entre O. untchjii et O. cornuta.

L'article est richement illustré de huit photographies couleurs et de trois jolis dessins en noir et blanc.

Vous trouverez des diapositives d'O. kvarneri sous son vrai nom, O. zinsmeisteri dans le groupe B8 c (B8 c-1).

Bibliography :
M.L.Perko & H.Kerschbaumsteiner 2003.- Ophrys kvarneri M.L.Perko & H.Kerschbaumsteiner, spec. nov., eine bisher übersehene Art aus Istrien und dem Kvarner-Archipel. Ber. Arbeitskrs. Heim. Orchid. 20(1): 45-53.

Go to LIST

20. O. brutia P.Delforge 2003 (added January 30, 2004)

In the Numéro spécial de la Section Orchidées d'Europe des Naturalistes belges (hors-série n°16, 2003), Pierre Delforge published a paper about orchids of Calabria (Italy). This contribution is especially interesting as Calabria is usually neglected, for many reasons, the most obvious one being probably the relative scarcity of calcareous grounds, by orchidologists who prefer devoting their time and efforts to nearby orchids rich regions as Apulia and Sicily.

The paper begins with a geomorphological and climatic introduction to Calabria, goes on with the historical record of orchids prospections made over there from 1819 until now.
During three trips, in April 1975, 1987 and 2002, the author was able to find 44 out of the 53 taxons of spring orchids inventoried in the region. (I.e. 1 Anacamptis, 1 Cephalanthera, 2 Himantoglossum, 17 Ophrys, 16 Orchis and 5 Serapias.)
Five interspecific hybrids were also spotted.

Although this site is exclusively Ophrys minded, I'd like anyway to mention that Pierre Delforge discovered Orchis brancifortii in Calabria. This plant was, to the time being, only known in Sardinia and Sicily. Clicking this link, BRANCIFORTII, you will see a slide of this Orchis made in Sardinia on April 16, 2000.

O. fusca group A2
In April, O. lupercalis flowers, followed later, in May-June by O. lucana.
You may see O. lupercalis in group A2.

O. subfusca group A8
The author confirms the presence in Calabria of an Ophrys of this group, most probably the same one as that growing in the Gargano promontory and in Sicily. This taxon is a close relative to O. numida, described from Tunisia, or even O. numida itself.
You may look at some of these flowers, snaped in the Gargano promontory in group A8, species A8-11.

O. lutea group A3
In addition to O. lutea and O. sicula, Pierre Delforge found a third taxon of this group, very close to O. phryganae.
These three species are to be seen in group A9.

O. tenthredinifera group B3
Besides O. neglecta, the author discovered on the continent populations of O. grandiflora, which was regarded as a Sicilian endemic.
Both these species are illustrated in group B3.

O. argolica group B11
The only O. argolica group species growing in Calabria is O. pollinensis, but it is of very restricted occurence, as it was only spotted once, on the foothills of mount Pollino.
It is to be seen in group B11.

O. exaltata group B13
Both O. exaltata and O. cilentana grow in Calabria, and are illustrated in group B13.

O. sphegodes group B15
Pierre Delforge has brought to the fore the existence of a most remarquable species. This very constant species, found in 25 sites, combines characteristics of three different Ophrys groups.
From the O. incubacea group it shows the submarginal pilosity, the lip bearing and structure.
From the O. sphegodes group, it derives the pale, olivaceous basal field, strongly constracting with the dark central part of the lip, as well as some structure details of the gymnosteme and the stigmatic cavity.
And, at last, petals are often ciliated as they are in the O. lunulata group.
It would seem that this taxon, O. brutia, isolated in the deep South of the Italian peninsula, is close to ancestral populations of the common trunk of these groups, and probably outlived the glaciation in some southern refuge.

Pierre Delforge kindly gave four slides of O. brutia. You will see them in group B15, species B15-6.

Other noticed Ophrys species are : O. apulica, bertolonii, bombyliflora, garganica, incubacea, tarentina.

The paper is beatifully illustrated with 13 photographies showing orchids from Calabria and nearby areas to make comparisons easier, with 6 floral analysis and 2 maps. And, last but not least, it ends with the description of the 183 prospected sites. For each there is a small description, the list of all orchids growing over there with their flowering state.

Would you be interested with Calabrian orchids, please check papers indicated in the bibliography.

Bibliography follows the French text

Pierre Delforge a consacré, dans le Numéro spécial de la Section Orchidées d'Europe des Naturalistes belges (hors-série n°16, 2003), un article consacré aux orchidées printanières de Calabre (Italie). Contribution d'autant plus intéressante à l'orchidologie que la Calabre n'est, pour plusieurs raisons, en particulier peut-être la relative exiguïté de ses zones calcaires, que peu parcourue par les orchidophiles, qui préfèrent consacrer leur temps et leurs efforts aux Pouilles et à la Sicile, où les terrains calcaires abondent, et qui sont bien connues pour leur exceptionnelle richesse en orchidées.

L'article commence par une présentation géomorphologique et climatique de la Calabre, suivie de l'historique des prospections orchidologiques qui y ont été menées de 1819 à nos jours.
Lors de trois voyages réalisés en avril 1975, 1987 et 2002, l'auteur a pu observer 44 des 53 taxons d'orchidées printanières recensés en Calabre. (Soit 1 Anacamptis, 1 Cephalanthera, 2 Himantoglossum, 17 Ophrys, 16 Orchis et 5 Serapias.) De plus cinq hybrides interspécifiques ont été découverts.

Bien que ce site soit exclusivement consacré aux Ophrys, je souhaiterais néanmoins signaler que Pierre Delforge a découvert Orchis brancifortii en Calabre, alors qu'il n'était connu que de Sicile et de Sardaigne. En cliquant sur le lien suivant: BRANCIFORTII, vous en verrez une diapositive faite en Sardaigne le 16 avril 2000.

Groupe d'O. fusca A2
C'est O. lupercalis qui fleurit en avril et, plus tard en saison, O. lucana.
Vous verrez O. lupercalis dans le groupe A2.

Groupe d'O. subfusca A8
L'auteur confirme la présence en Calabre de populations homogènes et stables d'un taxon du groupe d'O. subfusca, sans doute le même que celui qui pousse au Gargano (où il est souvent, à tort, appelé O. melena), et en Sicile.
Il semble très voisin d'O. numida, décrit de Tunisie, si ce n'est O. numida lui-même.
Vous pouvez en voir des fleurs, photographiées au promontoire du Gargano dans le groupe A8, espèce A8-11.

Groupe d'O. lutea A9
En plus d'O. lutea et d'O. sicula, P. Delforge a observé un troisième taxon du groupe, qu'il rattache provisoirement à O. phryganae.
Ces trois espèces sont illustrées dans le groupe A9.

Groupe d'O. tenthredinifera B3
Outre O. neglecta, l'auteur a découvert sur le continent des populations d'O. grandiflora, qui était considéré jusqu'à présent comme un endémique sicilien.
Vous pouvez voir ces deux espèces dans le groupe B3.

Groupe d'O. argolica B11
La seule espèce présente en Calabre est O. pollinensis et encore n'y a-t-elle été découverte que dans un seul site, sur les contreforts du mont Pollino.
Elle est illustrée dans le groupe B11.

Groupe d'O. exaltata B13
O. exaltata et O. cilentana existent tous les deux en Calabre et sont illustrés dans le groupe B13.

Groupe d'O. sphegodes B15
Pierre Delforge met en évidence la présence, dans 25 sites, d'un taxon très constant, tout à fait remarquable, qui réunit des caractères propres à trois groupes d'Ophrys.
Du groupe d'O. incubacea il a la pilosité submarginale, le port et la structure du labelle (vues de loin ces plantes suggèrent d'ailleurs O. incubacea). Du groupe d'O. sphegodes il offre le contraste frappant entre la couleur olivâ:tre assez claire du champ basal et le centre très foncé du labelle, de même que des détails de structure du gynostème et de la cavité stigmatique. Enfin il a souvent les pétales ciliés du groupe d'O. lunulata.
Tout porte à croire que ce taxon, isolé tout au sud de la botte italienne, Ophrys brutia, soit proche de populations ancestrales du tronc commun des groupes d'O. sphegodes et d'O. incubacea ayant peut-être survécu à la glaciation dans un refuge calabrais.

Pierre Delforge a aimablement donné 4 diapositives d'O. brutia que vous pouvez admirer dans le groupe B15 (espèce B15-6).

Les autres Ophrys observés en Calabre sont : O. apulica, bertolonii, bombyliflora, garganica, incubacea, tarentina.

L'article est richement illustré de treize photographies en couleurs montrant des orchidées calabraises, ou de régions voisines afin de faciliter les comparaisons, de six analyses florales et de deux cartes. Enfin, last but not least, il se termine par la liste des 183 sites prospectés, repérés par leurs coordonnées UTM, accompagnés chacun d'une brève description, de la liste des orchidées observées et de l'état d'avancement de la floraison de chaque espèce.
Les menaces pesant sur les orchidées calabraises sont aussi évoquées.

Si les orchidées de Calabre vous intéressent, vous pouvez vous référer aux articles et ouvrages cités dans la bibliographie.

Bibliography :
Bernardo,L. & Puntillo,D. 2002.- Le orchidee spontanee della Calabria: 227 p. Edizioni Prometeo, Castrovillari.
Delforge,P. 2000.- Remarques sur les Ophrys fuciflora tardifs d'Italie péninsulaire méridionale et description d'O. posidonia sp. nova. Natural. belges 81 (Orchid. 13): 157-175.
Delforge,P. 2002.- Présence d'Orchis brancifortii en Calabre. Natural. belges 83 (Orchid. 15): 59-66.
Delforge,P. 2003a.- Contribution à la connaissance des orchidées printanières de Calabre (Italie) et description d'O. brutia sp. nova. Natural. belges 84 (Orchid. 16): 55-94.
Delforge,P. 2003b.- Note sur la distribution d'Ophrys cilentana J.Devillers-Terschuren & P.Devillers 2000. Natural. belges 84 (Orchid. 16): 133-143.
Gölz,P. & Reinhard,H.R. 1982.- Orchideen in Süditalien. Mitt. Bl. Arbeitskr. Heim. Orch. Baden-Württ. 14: 1-124.
Lorenz,R. & Künkele,S. 1992.- Die Orchideenflora von Kalabrien und ihre Stellung innerhalb Italiens. Jahresber. Naturwiss. Ver. Wuppertal 43 (1990) : 15-35.

Go to LIST

21. O. sancti-caesaris nom. nud. H.Van Looken 2002
= O. incubacea subsp. castri-caesaris H. Van Looken 2005
(modification : July 11, 2004)

In Eurorchis 14, 2002, Herman Van Looken devoted a paper to a late flowering O. sphegodes s.l. he discovered in 1983 at Saint-Cézaire-sur-Siagne (Alpes-Maritimes, France).
This taxon is a very close relative of the south Italian O. sipontensis, but this latter species has pink sepals and petals (95 % of the population) while they are almost always green in the French plants.
Since the short publication devoted to it by W. Wucherpfennig in L'Orchidophile 2001, this plant is always referred to as O. majellensis, a plant described by H. & H. Daiss in 1996 from the Majella, in the Abbruzes (central Italy). They named it O. sphegodes subsp. majellensis.
In 1998 Pierre Delforge in the Bulletin des Naturalistes belges rightly upgrated it to species level: O. majellensis.

Anyway it appears that the reccurent assimilation of both plants is not fully justified as they diverge on many characteristics:

1) In O. majellensis the stigmatic cavity is somewhat lighter than the central part of the lip, both being of the same, very dark colour in the Provencal Ophrys.
2) Submarginal pilosity of O. majellensis is stonger around the base and the shoulders of the lip, being long, straight and thick all around it in the Saint-Cézaire plant.
3) Pseudo-eyes are only slightly indicated in the Provencal Ophrys while they are more than obvious in O. majellensis.
4) Petals of the Saint-Cézaire plant are shorter, less narrowly linear, more triangular, with an obtuse top.
5) The edges of O. majellensis lip are spread out, visible, sometimes only slightly recurved downwards, often of a dull reddish yellow colour. In the Saint-Cézaire Ophrys they are strongly recurved and hidden under the lip.
6) The macula of the French Ophrys often circles the gibbosities and the shoulders of the lip, which it never does in the Italian plant.

The paper explains in details the similarities between the Ophrys from Saint-Cézaire and O. sipontensis as well as the differences taking it away from O. majellensis.
The author suggests the possibility that both O. sipontensis and the Ophrys from Saint-Cézaire are hybridogene species resulting from introgessions of O. incubacea by a species of the O. bertolonii group which would respectively be O. bertolonii itself and O. saratoi.

All these reasons led him to think that the French orchid represents an entity independent of O. majellensis, deserving a new name. He gives it the temporary one of O.sancti-caesaris.

The paper is illustrated with four photographies, two of O. sancti-caesaris, one of both O. incubacea and O. majellensis to be able to compare the three plants.

In 2005, H. Van Looken worked on this problem again in the periodical Liparis and formally described the plant as
O. incubacea subsp. castri-caesaris
(See bibliography).

Herman Van Looken kindly gave us eight slides of O. incubacea var. castri-caesaris. You'll see them in group B16 (B16-8 β slides 1-8) .

Bibliography follows the French text

Dans Eurorchis 14, 2002, Herman Van Looken a consacré un article à un O. sphegodes s.l. tardif qu'il a découvert en 1983 à Saint-Cézaire-sur-Siagne (Alpes-Maritimes, France).
Il s'agit d'un taxon très voisin d'O. sipontensis, espèce des Pouilles (Italie), mais dont les sépales et les pétales sont roses (dans 95 % des cas), alors qu'ils sont verts chez l'Ophrys français.
Depuis la brève communication que lui a consacré W. Wucherpfennig dans L'Orchidophile en 2001, cet Ophrys a toujours été identifié à O. majellensis, plante décrite en 1996 de la Majella (Abruzzes, Italie) par H. & H. Daiss comme sous-espèce d'O. sphegodes : O. sphegodes subsp. majellensis.
En 1998 Pierre Delforge, dans le Bulletin des Naturalistes belges, lui attribua, à juste titre, le rang d'espèce : O. majellensis.

Il semble toutefois que l'assimilation récurrente de l'Ophrys des Alpes-Maritimes à O. majellensis ne soit pas justifiée car ils divergent sur plusieurs caractères:

1) Le champ basal d'O. majellensis tend à être plus clair que le centre du labelle, alors qu'ils sont concolores, et très foncés, chez l'Ophrys de Provence.
2) La pilosité submarginale d'O. majellensis est plus forte vers la base et les épaules du labelle, alors qu'elle est longue, raide et drue tout autour du labelle chez l'Ophrys de Saint-Cézaire.
3) Les pseudo-yeux sont à peine indiqués chez l'Ophrys provençal, bien moins marqués que ceux d'O. majellensis qui, littéralement, "sautent aux yeux".
4) Les pétales de la plante de Saint-Cézaire sont plus courts, moins étroitement linéaires, plus triangulaires, à l'extrémité plus obtuse.
5) Le bord du labelle d'O. majellensis est visible, glabre, étalé ou légèrement réfléchi, souvent teinté de jaune rougeâtre. Celui de l'Ophrys de Saint-Cézaire est caché car il se rabat sous le labelle.
6) La macule de l'Ophrys français se prolonge sur les épaules du labelle en contournant les gibbosités, ce qu'elle ne fait pas chez la plante italienne.

L'article détaille longuement les similitudes existant entre l'Ophrys de Saint-Cézaire et O. sipontensis, de même que les dissemblances qui l'éloignent d'O. majellensis.
L'auteur émet l'hypothèse que tant l'Ophrys de Saint-Cézaire qu'O. sipontensis sont des espèces hybridogènes, provenant de l'introgression d'O. incubacea par un représentant du groupe d'O. bertolonii qui serait respectivement O. saratoi et O. bertolonii lui-même.

Toutes ces raisons l'ont amené à estimer que la plante des Alpes-Maritimes constitue une entité indépendante d'O. majellensis, à laquelle il attribue le nom provisoire d'O.sancti-caesaris.

L'article est illustré de quatre photographies en couleurs, dont une d'O. incubacea et une d'O. majellensis pour permettre les comparaisons.

Note: En 2005, H. Van Looken a repris le problème de cette plante dans la revue Liparis et l'a décrite formellement sous le nom de
O. incubacea subsp. castri-caesaris
(Voir la bibliographie ci-dessous).

Herman Van Looken nous a aimablement donné huit diapositives d'O. incubacea subsp. castri-caesaris; vous pouvez les admirer dans le groupe B16 (B16-8 β, dias 1-8).

Bibliography :
Van Looken, H. 2002.- OPHRYS SPHEGODES ssp. MAJELLENSIS Daiss in Frankrijk? OPHRYS SANCTI-CAESARIS nomen nudum Van Looken. OPHRYS SIPONTENSIS Lorenz & Gembardt. Eurorchis 14 : 23-34.
Van Looken, H. 2005.- Een laatbloeiende Ophrys, nauw verwant met Ophrys incubacea Bianca uit de Maritieme Alpen in Zuid-Frankrijk. OPHRYS INCUBACEA Bianca subspecies CASTRI-CAESARIS H. Van Looken subspecies nova. Liparis 11: 51-64.

Go to LIST

Return to OPHRYS NEWS 1